La laïcité, défi du XXIe siècle

Gérard Delfau

Le XXIe siècle sera laïque, ou ne sera pas. Tel est le défi lancé à notre époque. L’auteur renouvelle la réflexion, en présentant une histoire de la laïcité depuis le révolution et en montrant qu’elle ne se limite pas à la neutralité de l’Etat. • novembre 2015 • 238 pages 20€

https://www.youtube.com/watch?&v=ksQP-zrCCVM

Articles de cette rubrique

  • A propos du livre : La laïcité, défi du XXIe siècle.

    , par Gérard DELFAU

    L’auteur entend d’abord faire le point sur « l’exception française ». Il renouvelle la réflexion, en présentant une histoire de la laïcité depuis le révolution et en montrant qu’elle ne se limite pas à la neutralité de l’Etat.

    Cet ouvrage renouvelle la réflexion sur la laïcité en explorant son histoire depuis la Révolution et en montrant qu’elle ne se limite pas à la neutralité de l’État, ni à la nécessaire fermeté républicaine face à la pression de l’islam radical.

  • Revue de Presse | L’OURS

    , par Gérard DELFAU

    Laïcité, fondement et pratique

    "Un livre de réflexion engagé sur les questions actuelles posées à la laïcité, tel apparaît ce nouvel ouvrage de Gérard DELFAU."

  • Revue de Presse | LA DEPECHE

    , par Gérard DELFAU

    Conférence inaugurale sur la laïcité.

    Bonne fréquentation des conférences des Estivales d’Arzens.
    Le Collectif laïque audois, Les Estivales de la Malepère vous convient à la conférence inaugurale des Quatre Saisons de la Malepère : « La Laïcité, défi du XXIe siècle », par Gérard Delfau, vendredi 22 avril, à 20 h 30, au foyer municipal d’Arzens (entrée libre).

  • Revue de Presse | UFAL

    , par Charles Arambourou

    "Voilà un ouvrage à la fois militant et érudit, comme son auteur, notre ami Gérard Delfau, président de l’association EGALE (Egalité, Laïcité, Europe). Même si le « XXIe siècle » ne fait plus rêver grand monde, le contenu est..."

  • Revue de Presse | HIRAM

    , par Catherine Kintzler

    "Comme en témoigne son vibrant avant-propos, le livre de Gérard Delfau s’inscrit dans l’après-janvier 2015 avec une formule saisissante : « nous avons perdu notre innocence » (p. 13). Cette expression n’a pas le sens qu’elle pouvait prendre aux USA après septembre 2001 – l’innocence perdue ici n’est pas celle d’un peuple qui se croyait universellement aimé, ni celle d’une île-continent idyllique qui se découvre menacée et fragile..."