" Mesdames et Messieurs les Député(e)s, Mardi prochain refusez de faire une brèche dans la loi de 1905. Faites prévaloir la sagesse du Parlement".

, par Gérard DELFAU

Appel aux députés républicains : accepter d’affaiblir la loi de 1905, comme vous le propose le gouvernement, à l’occasion de la loi dite de « confiance », ce serait entrer dans un engrenage qui fragiliserait notre démocratie ; et le peuple, profondément attaché à la laïcité, ne vous le pardonnerait pas.

Mesdames et Messieurs les députés,

Permettez-moi de vous de vous demander de ne pas voter, mardi prochain, les deux articles du projet de loi qui assouplissent l’interdiction de financement des cultes par la location de biens légués aux Églises, et, surtout, celui qui fait disparaître les associations cultuelles de la liste des lobbies ; cette suppression leur permettrait d’entrer en contact « sans témoin » avec les élus et les représentants de l’État, ouvrant la voie à toutes les dérives clientélistes.
Donner ce signal, dans une période aussi troublée, ce serait ouvrir la porte à toutes les exigences des religions, et pas seulement de l’Église catholique.
N’en doutez pas, les tenants d’une conception politique de l’Islam, je veux parler des représentants des Frères musulmans, s’engouffreraient dans cette brèche. Or, ils ont acquis des positions d’influence dans nombre de nos organisations, comme l’histoire récente vient de le montrer. Il y a danger pour la République ! Et la mesure que propose le gouvernement n’est pas seulement infidèle à notre tradition et à la Constitution ; elle est irresponsable par l’effet d’entraînement qu’elle renferme, et par le ferment de division qu’elle induit.

Mardi prochain, lors du vote en deuxième lecture de ce projet de loi, vous serez confrontés à la pression du gouvernement, directement téléguidé de l’Élysée, qui tente de dissuader la centaine de vos collègues, qui se sont déjà engagés à soutenir l’amendement de suppression de l’article concernant le régime fiscal des dons et legs aux associations cultuelles, que présente Stéphanie Kerbarh, députée LREM. 
Soutenez-les. Rejoignez-les. Vous n’êtes pas tenus par le discours du Président la République à la Conférence des évêques, aux Bernardins, encore moins par ses non-dits. Vous êtes les représentants de la France, dont la loi de Séparation des Églises et de l’État est l’un des fondements.
Vous qui avez la responsabilité de conforter le vivre ensemble républicain, refusez d’ouvrir une brèche à toutes les surenchères, de toutes les religions.
Faites prévaloir la sagesse du Parlement.
Salutations républicaines.
Gérard DELFAU 23 juin 2018
Ancien sénateur de l’Hérault Directeur de la collection Débats laïques


Dernières parutions