Editorial

Gérard Delfau : L’hommage du Président de la République au père Hamel a une étrange tonalité démocrate-chrétienne.

, par Gérard DELFAU

je préfère la prise de position sans équivoque de Monique Cabotte-Carillon et de nos amis du CEDEC  :« Citoyens d’abord, croyants peut-être, laïques toujours » .

Il me fait penser aux discours des dirigeants du MRP sous la IVe République. Ils étaient républicains certes, mais en concédant une place privilégiée à l’Eglise catholique, et plus généralement à la religion. La Séparation des Églises et de l’État ne figurait parmi leurs engagements prioritaires.
Comme toujours, Emmanuel Macron se livre ici à un exercice d’équilibre, dans un contexte, il est vrai difficile. Les circonstances sont dramatiques. Et il est venu réconforter les catholiques, encore sous le choc de l’assassinat du père Hamel. Il faut en tenir compte.
Il pose d’entrée de jeu un principe, auquel nous ne pouvons que souscrire : […] « La République garantit la liberté de croire, comme celle de ne pas croire. C’est pour cela qu’elle protège les lieux de culte et les représentants des religions ». Et il en déduit cette double obligation : « La République n’a pas à combattre la religion, ni à vouloir se substituer à elle. Elle œuvre chaque jour à ce que chacun puisse croire ou pas dans l’intensité et l’intimité de sa foi. En homme libre. Mais, ajoute-t-il, chaque religion, dont les responsables sont ici présents (…) a à mener sa part de combat pour que jamais la haine, le repli, la réduction de ce que nous sommes ne puisse triompher ».
Puis, il remercie les autorités religieuses, qui ont œuvré pour que l’emportent la « fraternité » et la « charité » sur les germes de discordes civiles semés par les terroristes. Il en tire cette conclusion : « Alors, oui, il y a un an, vous avez donné cet exemple à toute la France. Et sans en diminuer l’horreur, je veux vous dire aujourd’hui que le martyr du père Hamel n’aura pas eu lieu pour rien ». Une leçon qu’il se devait de tirer de cette tragédie.
On ne peut rien lui reprocher dans le déroulé du discours, et pourtant son propos nous laisse une profonde insatisfaction, presque un malaise. Sa tonalité dérange dans la France du XXIe siècle, qui vit depuis si longtemps sous le régime de la Séparation et qui est désormais peuplée par une majorité de citoyens athées, agnostiques ou d’indifférents. Je m’explique : pourquoi faut-il que, s’exprimant au nom de l’État républicain, en tant que Président, il n’ait usé que d’un vocabulaire religieux : foi, charité, fraternité, martyr, notamment ? Pourquoi n’avoir pas cité la première phrase de la loi de 1905 : « la République assure la liberté de conscience », qui était tellement de circonstance, au lieu d’en faire une banale paraphrase ? Pourquoi l’omission significative de la Laïcité, fondement du vivre ensemble et facteur de paix civile, dont l’évocation s’imposait ici ? Et pourquoi l’oubli du concept de citoyenneté, qui fédère sur une base d’égalité les Français, quelle que soit leur religion ou leur conviction philosophique ? Décidément, à ce texte frileux, unilatéral, communautaire, passéiste, je préfère la prise de position sans équivoque et moderne de Monique Cabotte-Carillon et de nos amis du CEDEC : « Citoyens d’abord, croyants peut-être, laïques toujours ».

Gérard DELFAU 30-07-2017

Communiqué de Monique Cabotte-Carillon
Au commentaire de l’UFAL, (http://www.ufal.org/) rédigé par Charles Arambourou, j’ajouterais volontiers quelques remarques concernant les derniers termes de ce paragraphe où l’archevêque de Rouen profite du "micro" qui lui est offert lors de l’inauguration de la stèle républicaine à Saint Etienne du Rouvray pour mettre en avant ses conceptions morales concernant l’avortement ou la fin de vie.
- Nier à la loi son pouvoir de mettre en place des références pour "établir la morale" est ahurissant. Il me semble qu’une règle morale adoptée pour l’ensemble des citoyens peut être le fruit, avant le vote des représentants de la nation, d’une réflexion collective et je ne vois pas pourquoi certains citoyens auraient des lumières particulières liées à la nature de leurs croyances ou appartenances philosophiques.
- Plus grave encore : prétendre que dans l’élaboration de la morale "la loi ne peut être qu’une aide et que la morale, elle, vient du profond de notre humanité" est une référence masquée à une soi-disant "loi naturelle", conception anthropologique qui peut être la sienne, mais à laquelle nombre de citoyens (de fait la grande majorité, y compris de confession catholique) ne sont pas d’accord.
- Je vois dans ces "leçons" abusives une prétention qu’on ne saurait accepter. Pour remettre les pendules à l’heure, on pourrait rappeler des faits récents. Quand on oublie de dénoncer aux autorités civiles les dangers potentiels que représentent pour des enfants des adultes pédophiles, la réflexion morale est pour le moins défaillante chez l’auteur de tels oublis. Cela dit, l’archevêque de Rouen n’a pas à être solidaire des actes de ses confrères, il n’en est pas responsable...

Monique Cabotte-Carillon 30-07-2017


Dernières parutions