La vocation politique de la religion est inscrite dans sa genèse . Une publication en deux parties

, par algériepatriotique, Mesloub Khider

"Toutes les religions sont expansives, se proclament « universelles », euphémisme pour désigner leur politique impérialiste. [...] Le christianisme, à ses débuts...une religion des opprimés. L’islam, [...] Dès sa naissance...prosélytisme, ...ambitions politiques colonialistes et dominatrices. il en était ainsi du judaïsme et du christianisme (y compromis sa variante orthodoxe)..."

" Avec la révolution néolithique, il en découle le passage de croyances fondées sur l’appartenance à la nature (animisme, totémisme) à des cultes fondés sur une création de la nature par un esprit (Dieu), en vérité propriétaire d’esclaves ou patron déifiés.

On passe de l’immanence de l’esprit à l’esprit de transcendance. L’esprit est expulsé de la nature créatrice vers le ciel des nouveaux maîtres de la terre, trônant dans les palais royaux et sacerdotaux. Cette expulsion de l’esprit animant la nature sacrée nourricière trouve sa justification dans le nouvel ordre de production destructeur de la nature, entamé à l’époque néolithique. L’exploitation féroce et effrénée de la nature exige sa désacralisation... "

Lire la suite (Cliquer sur l’image)


Voir en ligne : Lire la publication de Mesloub Khider - Première partie -