GRECE : Les prêtres grecs lancent une « Guerre sainte » après avoir perdu leur statut de fonctionnaires

, par Didier Vanhoutte

Les prêtres sont furieux du changement de statut professionnel qui leur a été annoncé mardi après une rencontre entre le Premier Ministre

Alexis Tsipras et le responsable de l’Eglise orthodoxe grecque, l’archevêque Mgr. Ieronymos. Selon la déclaration commune de l’Etat grec et de la puissante Eglise grecque, les prêtres ne seront plus membres de la fonction publique et ne recevront plus leur traitement de l’Etat, mais d’un fonds spécial géré par l’Eglise. L’Etat ne fera que subventionner les rémunérations.
La « Sainte association des prêtres grecs », un syndicat non reconnu formellement par l’Eglise, fulmine aussi contre l’archevêque à cause du changement.
L’archevêque et le Premier Ministre ont mené une négociation contre nous sans nous, ils ont agi dans notre dos, « nous nous sentons trahis », a déclaré le Secrétaire général adjoint du syndicat, le Père Georges Vamvakidis à ANTI TV mercredi matin.
« Ce n’est pas un accord entre l’Eglise et l’Etat, mais un accord entre deux personnes », a-t-il déclaré.
Le syndicat brandit la menace d’une action en justice et d’une mobilisation « pacifique ».
Les prêtres se disent inquiets pour l’évolution de leurs rémunérations, leur protection sociale, leurs retraites, et craignent de même la diminution éventuelle du nombre de postes, et ils exigent des réponses.
Selon le changement de statut professionnel
• Les prêtres ne seront plus « fonctionnaires » et payés directement par l’Etat
• L’Etat versera chaque année au Fonds spécial la somme totale des traitements des prêtres qui sera distribuée dans l’ensemble du patriarcat comme par le passé
• Les augmentations de revenus seront conformes à celles du secteur public
• Les prêtres continueront à bénéficier de la protection sociale du fonds de l’EFKA et ils recevront leur retraites de façon similaire

Le nombre de prêtres est estimé à 10 000

Où est donc le problème ? Avec le statut de fonctionnaire, le prêtre peut changer de paroisse s’il le désire et continuer à recevoir son traitement sans difficulté. Avec le changement de statut professionnel, les prêtres craignent de dépendre davantage des évêques locaux.

L’accord entre le Premier ministre Alexis Tsipras et Mgr. Ieronymos doit encore être approuvé (ou rejeté) par le Saint Synode, l’organe dirigeant de l’Eglise orthodoxe grecque, qui se réunira dans la journée.

Les critiques ne sont pas venues que d’une partie des prêtres, mais aussi de SYRISA. « Je ne comprends pas comment les prêtres peuvent ne plus être fonctionnaires et continuer à recevoir leur traitement de l’Etat, avec une enveloppe annuelle d’au moins 210 millions d’euros pour l’éternité », a déclaré au journal To Pontiki l’ancien Ministre de l’Education et des Affaires Religieuses Nikos Filis.

« Pourquoi faudrait-il donner tant d’argent et sauvegarder 10 000 emplois ? Savez-vous que pendant les années de l’accord de sauvetage de la Grèce nous n’avions que 8 000 médecins permanents dans les hôpitaux, » a demandé Filis.

La réponse est simple, j’ose dire : Retirer la paye des ecclésiastiques des comptes de l’Etat libère 10 000 emplois dans le secteur public grec.

Traduction,
Didier Vanhoutte

Lire ci-dessous : Greek News in English, Blog, Wit & Drama


Dernières parutions